CCI CI

Connaitre la CCI-CI

Créer par arrêté du gouverneur Général en date du 23 décembre 1908 à Grand-Bassam, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire est un organisme chargé de représenter les intérêts des entreprises commerciales, industrielles et de services, d’assurer la formation des entrepreneurs et d’apporter un appui aux entreprises. Le 17 mai 1963, les Chambres d’industrie et les Chambres d’agriculture sont organisées séparément par décret. Toutefois, la forte imbrication entre l’industrie et le commerce amène, le 8 janvier 1992, le gouvernement ivoirien à regrouper ces activités dans une même chambre placée sous la tutelle du ministère du commerce et de l’industrie.

La Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire est administré par des chefs d’entreprises élus par leurs pairs, et dispose d’une organisation permanente présidée depuis le 23 août par Faman TOURE.

La chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire c’est aussi :

5 valeurs

  • Interêt général
  • Esprit d’équipe
  • Intégrité
  • Engagement
  • Innovation

4 missions

  • Consultation et représentation
  • Formation
  • Appui aux entreprises
  • Création gestion d’infrastructures et services d’intérêt général

UNE HISTOIRE CONSULAIRE DEJA LONGUE DE 1908 A 1992
Création de la première institution consulaire: la Chambre de Commerce de Côte d‘Ivoire.

« Non nova, sed nove .… Non pas des choses nouvelles, mais d‘une nouvelle manière« – Oui une nouvelle Chambre de Commerce et d‘Industrie est créée en cette année 1992, mais l‘histoire consulaire de la Côte d‘Ivoire remonte en 1908. C‘est en effet un arrêté du Gouvernement Général en date du 23 décembre 1908 qui a institué à Grand Bassam, la première institution consulaire: la Chambre de Commerce de Côte d‘Ivoire.

Mais ce n’est que le 6 mars 1911, qu’à eu lieu, dans la salle d’audience du Tribunal de 1ère Instance de Grand Bassam, sous la présidence de Monsieur PONTY, gouverneur Général de l’Afrique Occidentale Française, assisté de Monsieur ANGOULVANT, Lieutenant-Gouverneur de la Côte d’Ivoire, la séance solennelle d’ouverture de cette première Chambre de Commerce. Elle avait à sa tête un Bureau composé d’un président, Monsieur PORGE, d’un vice président, Monsieur Louis BARTHE, d’un Secrétaire-Trésorier. Quatorze membres titulaires représentaient les intérêts de tous ceux qui participaient à la vie économique naissante du pays.

 
Transfert de la Chambre de Commerce à Abidjan

En 1927, la Chambre de commerce a été transférée à Abidjan, en son nouvel hôtel consulaire, puisque la première pierre du bâtiment principal de la Chambre a été posée le 13 janvier 1926 en présence :

    • du gouverneur Général Monsieur CARDE
    • du Gouverneur de la Côte d’Ivoire Monsieur LAPALUD
    • de Monsieur BARTHE, élu depuis 1921 à la Présidence de la Chambre de Commerce.

On pouvait remarquer à ses côtés, un jeune secrétaire, Monsieur MASSIEYE, qui deux ans plus tard sera élu membre de la Chambre. Il la quittera, il nous quittera » le 13 octobre 1985, après 25 ans de Vice-Présidence et 25 ans de Présidence.

Les statuts de la Chambre, qui s’inspirent de la loi française du 9 avril 1898, ont été entièrement remaniés après l’indépendance de la Côte d’Ivoire par la loi N° 60.340 du 28 octobre 1960 portant institution, des assemblées représentatives des intérêts économiques en Côte d’Ivoire, parue au journal officiel de la République de Côte d’Ivoire N° 57 du 22 novembre 1960.

 
Création de la Chambre d’Agriculture  et d’Industrie

Dans notre histoire consulaire, nous devons, bien sûr, inscrire la création de la Chambre d’Agriculture et d’Industrie. Cette deuxième institution consulaire était devenue possible par le Décret du 9 mars 1925 du président Gaston DOUMERGUE. Son organisation eu fut définie par l’arrêté général du 20 juin 1925 et elle fut instituée par arrêté général du 28 novembre 1925 qui permit ainsi au Gouverneur LAPALUD de convoquer le collège électoral le dimanche 28 mars 1926, afin de procéder, à la résidence de Grand Bassam à l’élection des membres de la première chambre’ d’Agriculture et d’Industrie de Côte d’Ivoire.

La première réunion des membres élus eut lieu dans l’immeuble de la Chambre de commerce de Grand Bassam. Elle procéda à l’élection des membres du Bureau de cette assemblée le 15 mai 1926.

Maître Jean Clément, avocat défenseur et créateur d’une plantation de cocotiers près de Bassam, fut élu premier président.

Au cours de la séance plénière du 22 juillet 1934 sous la présidence de Monsieur Jean Rose (planteur dans l’île Boulay), avec l’accord du Gouverneur RESTE, fut décidé la construction de l’ensemble situé actuellement rue Joseph ANOMA. C’est donc dans la même rue que la chambre de Commerce, qu’en 1935, lors de l’Assemblée Générale du 29 septembre, fut inauguré l’immeuble de la Chambre d’Agriculture et d’Industrie en présence des plus hautes autorités administratives de l’époque.

La loi du 28 octobre 1960 entraîna le décret N° 63247 du 17 mai 1963 portant organisation des Chambres d’Industrie et le décret N° 6421 du 9 janvier 1964 portant organisation des Chambres d’Agriculture.

 
La séparation de la chambre d’Agriculture et de la Chambre d’Industrie

A partir de ces textes il restait alors au Président en exercice de la chambre d’Agriculture et d’Industrie, monsieur Raymond DESCLERS (Planteur à Kouta près de Divo) élu sans interruption depuis novembre 1946, de provoquer la séparation de la chambre d’Agriculture et de la Chambre d’Industrie. C’est lors d’une Assemblée Générale tenue le 15 avril 1965, sous donc la présidence de Monsieur DESCLERS, que fut élu à l’unanimité Monsieur André BLOHORN, premier Président de la Chambre d’Industrie de Côte d’Ivoire avec en Vice Présidence Monsieur Konan Lambert.

La Chambre d’Agriculture continuait son chemin, le président DESCCLERS se retire en 1966 et à la suite des élections du 6 mars 1966, Monsieur OKA NIANGOIN fut élu au poste présidentiel; OKA NIANGOIN devint ainsi le premier président Africain de la Chambre d’Agriculture, il le restera sans interruption jusqu’à sa mort survenue à Paris le 24 juillet 1991.

De son côté la Chambre d’Industrie engageait sa représentation des intérêts industriels de la Côte d’Ivoire. Elle partage avec la Chambre d’Agriculture l’immeuble N° Il avenue Lamblin dont la construction a été réaliser en 1953. Lors de l’Assemblée Générale de la chambre d’Industrie tenue le 21 mai 1975, André BLOHORN fut porté à la Présidence d’Honneur et Lambert KONAN fut appelé à prendre la Présidence.

Monsieur André BLOHORN est décédé le 20 Décembre 1984, quelque mois avant son collègue et ami François MASSIEYE (+ 13 octobre 1985).

Mais l’activité consulaire se poursuit et s’étend sur toute la Côte d’Ivoire avec en particulier la création des Chambres des Métiers.

La création des Chambres des Métiers

Au cours du conseil des Ministres du 7 mars 1990, Monsieur Oumar Diarra, alors Ministre du Plan et de l’Industrie, a informé le conseil d’un projet de modification de la loi N° 60.340 du 28 octobre 1960 portant institution des Assemblées représentatives des intérêts de Côte d’Ivoire et création des Chambres des métiers, avec également des projets de décrets portant:

    •         attribution et organisation des chambres des Métiers,
    •         création et organisation du répertoire des Métiers en Côte d’Ivoire,
    •         création de chambres des Métiers dans les villes de l’Intérieur.

L’amendement de la Loi de 1960 a été porté par Loi N° 90.584 du 25 juillet 1990. Des Chambres des Métiers ont ainsi été installée à Bouaké, Korhogo, Man, Bongouanou, Odienné, Yamoussoukro.

Fusion de la Chambre de Commerce et de la Chambre d’Industrie

Le 15 mai 1991, le Conseil des Ministres a adopté un décret portant restructuration de la Chambre d’Agriculture et un comité de gestion provisoire a été institué par arrêté ministériel N° 134 du 18 juin 1991.

Les principaux textes organiques de la chambre d’Agriculture devront être actualisés, amendés. Après approbation de ces textes de base par le Gouvernement, des élections pourront alors être programmées. Maintenant notre histoire consulaire vient à nouveau de tourner une page avec la création de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la République de Côte d’Ivoire. Un nouveau Président, un nouveau Bureau, une Assemblée Consulaire forte de 90 membres vont devoir à leur tour renforcer et ajuster l’œuvre consulaire de la CCI.

Une histoire consulaire déjà longue ….de 1908 à 1992.

Établissement public, jouissant de la personnalité morale et de l’autonomie financière, la Chambre de Commerce et d’industrie de Cote d’Ivoire (CCI-CI), institution consulaire créée par décret en  1992, est sous la tutelle du ministère chargé du Commerce. Sa circonscription couvre tout le territoire national. Elle est placée sous l’autorité d’un Président et d’une Assemblée générale forte de 102 membres, chefs d’entreprises ou cadres dirigeants, élus par leurs pairs en 2016 pour 6 ans. Elle dispose d’une administration permanente et de délégations régionales assurant une représentation dans les 19 régions de Cote d’ivoire, lui permettant ainsi de prendre en compte les préoccupations de tous les opérateurs économiques.

Le fonctionnement de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire reposent sur des éléments fondamentaux :

L’Assemblée Générale, qui est l’instance décisionnaire de la CCI-CI et qui comprend 102 élus

Le Bureau, qui est composé du 1er Vice – Président,  de 5 Vice – Présidents, du Trésorier et de ses 02 adjoints, de 6 membres Secrétaires, prépare l’ordre du jour de l’Assemblée Générale sous l’autorité du Président.

Les commissions, au nombre de huit (8) ;

  • Budget, Économie et Finances
  • Commerce, Services et Distribution
  • PME-PMI
  • Développement Industriel
  • Droit, Fiscalité et Questions Sociales
  • Aménagement Régional et Urbanisme Commercial
  • Infrastructure, Tourisme, Transport, Environnement et Cadre de Vie
  • Enseignement et Formation Professionnelle

dont le rôle est consultatif. Pour mémoire, l’ordre du jour des différentes commissions est soumis à l’approbation du bureau.

LES MISSIONS DE LA CCI-CI

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire représente les intérêts des acteurs du Commerce, de l’Industrie et des Services.

Quatre (4) missions principales sous-tendent son action : 

  • Consultation et représentation
  • Formation
  • Assistance et conseil
  • Création et gestion des services d’intérêt général